les idées

Une idée, c’est une énergie qui n’a pas de forme, dans le sens de concept ou pensée que l’idée devient quand le mental lui donne une forme.
On peut dire en philosophie qu’un idée ça n’existe pas, comme on a dit qu’un plan ça n’existe pas, dans le sens où ce qui existe existe dans le monde extérieur, c’est visible et manifesté. Parce qu’on oppose essence et existence. L’idée est en essence, ce qu’elle représente dans l’existence. Mais il faut être prudent quand même.
On veut acheter ou construire une maison, on a une vague idée de la maison qu’on voudrait. On y pense et on y pense et on finit par en dessiner les plans, elle a commencé alors à prendre forme et quand on la construit, elle prend forme définitivement. Là il y a une grosse différence entre la vague idée qui n’est qu’en essence et la maison qu’on habite dans la vie en existence.
Mais la fraternité, c’est aussi une idée, et pourtant la fraternité ça existe. Pour les hommes, ça n’est trop souvent qu’une idée, trop souvent, mais la fraternité existe bien dans le monde des idées, c’est la hiérarchie des maîtres qui manifeste sur ce plan ce que les hommes ne manifestent pas encore, même si certains hommes, les disciples ou les adeptes, font déjà partie de la hiérarchie planétaire.
Doit-on dire pour autant que la maison dont on a une vague idée existe sur le plan des idées? C’est l’idée de Platon, et de Socrate avant lui: l’idée précède la forme et elle existe dans le monde des idées; pour Platon, il n’y a rien qui précède l’idée.
Platon c’est du plus, par rapport à ce qu’on dit maintenant, mais comme on va parler plus tard du plan oblical qui commence seulement à exister, et c’est pour ça que l’information est urgente, on sera amené à revenir sur les idées de Platon. Il faudra seulement se souvenir que c’est ici qu’on en a parlé…

Reprenons, il y a l’énergie et il y a la forme, il y a l’idée et il y a la pensée.
Disons pour reprendre l’ensemble de ce qui a été dit, que l’idée est plutôt du côté de l’énergie et que la pensée est plutôt du côté de la forme, comme on a dit que la matière de plus en plus grossière c’est de l’esprit de moins en moins subtil et inversement. Ainsi, l’idée du plan oblical, que Morya essaye de nous transmettre, ou plutôt qu’il nous communique et qu’on essaye de traduire, c’est une énergie qu’il pose sur nos cœurs, qui nous apparaît à travers des images, sur lesquelles on met des mots et des phrases.
Ici, mais on peut même dire, toujours, prenez les mots, et laissez leur énergie reproduire en vous le processus créatif de l’idée, de l’image et de la compréhension des mots …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *