la structure mentale

Chaque être humain vit en se construisant mentalement. On pourrait dire qu’il adopte une « façon de penser », et pose ainsi des repères qui lui permettent d’évoluer. Cette façon de penser est une habitude mentale cristallisée.

Ce qu’on appelle le mental, c’est l’atmosphère, le plan gazeux. Dans l’homme, le mental est composé des éléments les plus subtils de l’élément gaz, c’est la raison pour laquelle le mental est si difficile à maîtriser, c’est pratiquement un courant d’air, il va et vient, saute d’un objet à l’autre, comme une balle de ping pong qui rebondit sans cesse, ou comme un cheval au galop qu’il faut dresser pour qu’il devienne un ami. Les comparaisons avec le mental sont nombreuses dans toutes les cultures. Un point de repère, pour le mental, c’est pratique: c’est d’abord le père ou la mère, la famille, l’école, le travail, la nation, et la structure mentale se construit comme n’importe quelle structure, avec un aimant central qui attire les particules, les organise en images mentales et les retient dans son cercle d’activité; quand la structure ne plaît plus, l’aimant arrête d’agir, la structure est détruite et on en construit une autre. Ou bien, les repères s’accumulent et alourdissent la bulle d’air, qui éclate de temps en temps quand elle ne peut pas contenir quelque chose de plus, pour se reconstruire et ainsi de suite.

Arrivé à un certain âge, ou par paresse ou par fatigue, il peut se faire qu’une personne refuse d’avancer, de faire éclater la bulle encore une fois quand quelque chose de nouveau se présente à laquelle « elle n’avait pas pensé », alors elle s’accroche à la structure existante, qui durcit, se cristallise. On rencontre tous les jours des personnes de ce type, têtues, rigides, qui n’entendent pas ce qu’on leur dit, on parle d’un manque d’ouverture d’esprit …

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *